La flambée des prix inquiète les Tunisiens

Plusieurs produits de base introuvables, monopole, spéculation, hausse des prix,… À l’approche du mois saint en islam, la Tunisie se retrouve au coeur d’une crise socioéconomique. Pour les citoyens, ces conditions sont devenues insupportables. Pour remédier à cette nouvelle situation le gouvernement à déclaré la guerre sur tous les fronts. Dans cette démarche, certaines enseignes de vente et de distribution ont choisi de contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat des tunisiens, en proposant des modalités de paiement par facilité sur plusieurs articles.

Une nouvelle loi anti-spéculation

Le constat est clair, de telles situations n’ont jamais eu lieu dans le pays, de quoi songer à des actes de sabotage à des fins politiques. Toutefois, ce sont les familles tunisiennes qui payent le prix cher de cette situation économique chaotique.
Selon les experts dans le secteur économique, assurent qu’un revenu de mille dinars ne permet plus à une famille de subvenir à ses besoins.
Avec la multiplication des pratiques de monopole et de spéculation, le gouvernement assure qu’il est en guerre sans répit contre les spéculateurs qui souhaitent affamer les citoyens. Le président de la République a assuré que la Tunisie n’a jamais connu de telle situation, en déclarant que son gouvernement agira d’une main de fer contre toutes les pratiques de monopole et de spéculation, tout en respectant la loi Tunisienne.

Néanmoins, jusqu’à aujourd’hui, les peines réservées aux spéculateurs n’ont pu ni limiter ce fléau, ni les dissuader. Pour ce faire, le chef de l’Etat a annoncé qu’un nouveau décret anti-spéculation est en cours d’élaboration dans le but de lutter activement contre ce phénomène de monopole et de spéculation.
Actuellement, tout acte de monopole et de spéculation est sanctionné par de légères peines d’emprisonnement en cas de récidive ou par des amendes. Afin de limiter cette pratique et de dissuader certains spéculateurs, le président de la République réclame la mise en place de peines plus lourdes.
Les citoyens Tunisiens pensent que les circuits de distribution et l’économie tunisienne sont gangrenés par la corruption et paralysés par les circuits parallèles.

Les raisons de la hausse des prix

Selon Hédi Baccour, le président de la Chambre nationale des grandes surfaces, la flambée des prix des produits alimentaires de base s’explique par la frénésie acheteuse des consommateurs tunisiens constatée ces derniers jours suite à la crise ukrainienne. En effet, les citoyens craignent une pénurie de quelques produits tandis que les quantités sont disponibles. Toutefois, monsieur Hédi Baccour, prédit l’augmentation des prix de la viande à cause de l’augmentation du prix des produits fourragères sur le marché international.
Avec l’arrivée imminente du mois de ramadan, le président de la Chambre nationale des grandes surfaces invite les entreprises de distribution et de commercialisation de favoriser le paiement par facilité sans intérêt afin d’agir contre la baisse du pouvoir d’achat.

La crise du pain en Tunisie

Le pays connaît actuellement une hausse des prix sur différents produits alimentaires de base. Pour Hédi Baccour, le président de la Chambre nationale des grandes surfaces, cette flambée s’explique par l’exaltation acheteuse qu’a été observée durant cette dernière période causée par la crise ukrainienne. En effet, les Tunisiens affirment qu’ils craignent une pénurie de certains aliments, alors que les quantités sont disponibles. Il est essentiel de rappeler que le pouvoir d’achat des Tunisiens a nettement baissé durant cette dernière période. Pour y remédier, certaines enseignes de vente en ligne proposent à leurs clients un achat par facilité sans intérêt afin de contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat des Tunisiens.

Augmentation des prix des produits alimentaires

À l’approche du début du mois de ramadan, le président de la Chambre nationale des grandes surfaces prédit l’élévation des prix de la viande rouge suite à la hausse du prix de l’orge fourragère au niveau du marché international. Pour ces mêmes raisons, les prix des produits laitiers risquent également d’augmenter a assuré monsieur Hédi Baccour.

En outre, selon certaines informations, le pays a dû annuler une commande d’orge fourragère et de blé tendre à cause des prix jugés extrêmement élevés.

La crise du pain

Entretemps, la crise du pain continue dans le silence du gouvernement. Le président de la Chambre régionale des propriétaires des boulangeries à Sfax, Abouda Barchani, est allé jusqu’à proposer la vente du pain au prix réel, 690 millimes pour le pain et 420 millimes pour la baguette. Une décision qui risque d’aggraver encore plus la situation sociale en Tunisie.

La Chambre régionale des propriétaires des boulangeries à Ben Arous, a annoncé l’arrêt de travail des différentes boulangeries du gouvernorat à partir du 17 mars, à cause du refus des moulins d’approvisionner les boulangeries en farine de qualité supérieure ou subventionnée. Un produit qui est déjà en pénurie.
Est-ce que la situation est hors de contrôle ? Quelle décision doit prendre le gouvernement pour remédier à cette situation ?

En attendant d’avoir les réponses à ces questions, les citoyens pourront préparer leur propre pain grâce aux machines à pain que proposent plusieurs enseignes comme Tdiscount en paiement par facilité.